Location costume de sumo

Histoire du sumo

Le début

Les premiers indices concernant l’origine du sumo remontent à l’ère Yagoi. La découverte de plusieurs statuettes en terre cuite ont permis de mettre en évidence la tenue de joutes à mains nues lors de fêtes paysannes. Ces joutes ou plusieurs clans participait avaient leur rituel : les habits des lutteurs et entre autre un rite purificateur. Tout ceci à traversé les siècles, pour encore de nos jours retrouver ce rite que fait le sumo de goûter le sel et de le lancer pour faire fuir les mauvais esprits.

Dans ces premières rencontres, il n’y avait aucunes règles de combats. La brutalité était de mise. Les combattants luttèrent jusqu'à la mort. Toutes les chroniques du moyen-âge rapportent et décrivent ces combats qui opposaient de grands lutteurs et pouvait mettre en jeu palais ou femme. Soutenus par les empereurs, les militaires et le peuple, les champions de sumo font partie de l’histoire du Japon au même titre que les conquérants.

Période intermediaire

Au cours de la période Heian (794-1185), le sumo va s’enrichir de règles. Entre autre les coups dangereux du sumo vont disparaître. A cette époque, il n’y avait pas d’arène circulaire délimitant la surface de combat des lutteurs. Certaines estampes montrent le coté amusant d’un lutteur fuyant et poursuivi par son adversaire. Du faite que la zone de combat n’existait pas, les combats durait plus longtemps que ceux de nos jours.

Le sumo professionnel, tel que nous le connaissons actuellement est né vers 1575. Les combats de Joran Sumo que met en place le général Oda Nobunagga se passe au temple Joraku-Ji. C’est à ce moment-là et dans ce temple que sont nés les réglementations techniques du Sumo : limite de surface des combats dans le cercle (Doyho), nouvelle codification et amélioration des prises, tenue vestimentaire des lutteurs…

A partir de 1600 et durant 2 siècles, le sumo continua à se développer, souvent interdit, puis autorisé et encore interdit.

Sumos

Année 1900

Vers les années 1900, le Japon va ouvrir ses portes à la culture occidentale. Le pays est séduit par tout ce qui provient de l’Ouest. Le sumo étant au premier rang des traditions Japonaises, celui-ci risque d’être délaissé, d’autant plus que certains intellectuels qualifient le sumo de barbare et s’insurgent contre la nudité des combattants. Pour contrer ceci, les lutteurs créent une organisation. Des groupes se forment dans les principales provinces du Japon.

Mais ceci s’avère insuffisant. Heureusement le sumo compte sur un supporter de choc, en l’occurrence l’empereur Meiji. Celui-ci renoue avec la tradition millénaire du Sumo (sport impérial) en organisant des tournois.

combat sumos

Combat Japon 1885

combat sumos

Photographie ancienne - Japon - 1880/1890

La dernière guerre du Japon bloqua l’évolution des sports de combat extrême-orientaux. Mais la télévision redonna à partir de 1953 une audience un peu oublié à ce sport.

Nous sommes maintenant dans la période du sumo professionnel ou malgré le maintien de quelques formes du Siétsié Sumo, les lutteurs pensent avant tout à la gloire, aux honneurs et aux gains énormes réservés aux grands champions .

Mais pour devenir un grand champion, la route est longue.